Devant la hausse constante des cas de COVID-19 et l’état de la situation sanitaire, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce de la région de Matane (CCRM) soutiennent l’effort collectif pour vaincre la pandémie.

La FCCQ et la (CCRM) demeurent vivement préoccupées par l’état des entreprises québécoises et s’inquiètent pour la survie de plusieurs. Elles accueillent favorablement l’ouverture du gouvernement pour maintenir certaines activités économiques, mais rappellent qu’une aide financière directe plus importante que ce qui a été annoncé par le passé devrait être prévue.

Selon les nouvelles directives relatives aux mesures de confinement annoncées hier par le premier ministre du Québec, M. François Legault, la cueillette sur rue ou à l’auto des biens non essentiels sera permise. Le gouvernement encourage par ailleurs les entreprises du secteur manufacturier et de la construction à réduire leurs opérations au minimum pour les prochaines semaines, mais celles-ci pourront poursuivre leurs activités.

« Les Québécois sont fatigués. La situation actuelle est extrêmement difficile pour de trop nombreux secteurs économiques et les annonces d’hier sont un autre coup dur pour des milliers d’entrepreneurs. Nous reconnaissons toutefois que les décisions du gouvernement visent à maintenir le plus d’activités économiques possible sans nuire aux efforts pour lutter contre le virus, notamment pour le secteur manufacturier et celui de la construction. Les entrepreneurs québécois ont fait d’énormes efforts pour rendre les lieux de travail les plus sécuritaires possible. Voici leur chance d’en faire la démonstration », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

« Le maintien de ces activités est essentiel. La fermeture des entreprises concernées, même temporaire, aurait pu avoir un impact extrêmement négatif sur leur compétitivité et sur la chaîne d’approvisionnement de biens essentiels qui sont distribués dans les épiceries et pharmacies. Les chantiers de construction ne représentent pas un foyer d’éclosion déterminant et les retards occasionnés par leur fermeture auraient eu des conséquences majeures sur la réalisation de projets publics et privés importants », a ajouté Lucie Dumas, Présidente de la Chambre de commerce de la région de Matane.

Vaccination et aide financière
Le gouvernement doit maintenant plancher sur deux priorités nationales : maximiser la distribution et l’administration des vaccins et s’assurer que les aides de soutien aux entreprises soient les plus directes et les plus efficaces possible.

« Le gouvernement doit présenter et exécuter rapidement un plan de vaccination cohérent et efficace. En plus de pouvoir compter sur les professionnels de la santé, il devrait aussi prêter rapidement l’oreille aux offres d'aide du secteur privé pour accélérer la vaccination de la population. Par ailleurs, pour couvrir un maximum d’entreprises ayant besoin d’une aide financière pour survivre, l’enveloppe globale devrait être augmentée et la notion d’aide directe devrait être privilégiée. Le surendettement des entreprises était déjà une réalité bien présente qui sera aggravée par ces fermetures prolongées de plusieurs entreprises. La situation est exceptionnelle et impose des mesures exceptionnelles comme le couvre-feu, mais nos entreprises n’ont plus la capacité de s’endetter davantage et le gouvernement doit en tenir compte », a conclu M. Milliard.

Faced with the steady rise in COVID-19 cases and the state of the health situation, the federation of the Chambers of Commerce of Quebec (FCCQ) and the Chamber of Commerce of the Matane Region (CCRM) support the collective effort to defeat the pandemic.

The FCCQ and the (CCRM) remain deeply concerned about the state of Quebec companies and are concerned about the survival of several. They welcome the openness of government to maintain certain economic activities, but they recall that more direct financial assistance than previously announced should be provided.

According to the new directives regarding lockdown measures announced yesterday by Quebec Premier Mr. Fran oisois Legault, picking on the street or auto of non essential goods will be permitted. The government is also encouraging manufacturing and construction companies to keep their operations to a minimum for the next few weeks, but they can continue their operations.

′′ Quebecers are tired. The current situation is extremely difficult for too many economic sectors and yesterday's announcements are another hard hit for thousands of entrepreneurs. We recognize, however, that the government's decisions are aimed at maintaining as many economic activities as possible without hampering efforts to combat the virus, especially for manufacturing and construction. Quebec entrepreneurs have made tremendous efforts to make the workplaces as safe as possible. Here's their chance to show it ", said Charles Milliard, CEO of FCCQ.

′′ Maintaining these activities is essential. The closure of the concerned companies, even temporary, could have had an extremely negative impact on their competitive position and on the supply chain of essential goods that are distributed in grocery stores and pharmacies. Construction sites are not a critical outbreak and the delays caused by their closure would have had a major impact on the realization of important public and private projects ", said Lucie Dumas, President of the Regional Chamber of Commerce of Matane.

Vaccination and financial assistance
The government must now floor two national priorities: maximize vaccine distribution and administration and ensure that business support aid is as direct and effective as possible.

′′ The government must submit and implement a consistent and effective immunization plan quickly. In addition to being able to rely on health professionals, he should also quickly ear to private sector assistance offers to speed up the vaccination of the population. On the other hand, to cover as many enterprises as possible in need of financial assistance to survive, the overall envelope should be raised and the concept of direct aid should be favoured. Corporate over indebtedness was already a very present reality that will be compounded by these prolonged closures of several companies. The situation is exceptional and requires exceptional measures like curfew, but our businesses no longer have the capacity to indebtedness and the government must take it into consideration ", Mr. Billion. Billion

Translated



Source